Graphisme, couture et carnet fait main… une histoire d’Amour

carnet-debout_640

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai toujours aimé cette noble matière qu'est le Papier. Plier, découper, coller, agrafer, assembler, fabriquer et ce depuis toute petite.

Au boulot c’est pareil, Directrice Artistique en agence de com', c’est toujours avec plaisir que je choisis et préconise des papiers et des formats pour les projets clients. J'aime choisir le format adéquat aux projets, son type de plis (pli portefeuille, pliage en croix ou encore pli accordéon, pour les plus simples…), le nombre de pages (4, 8, 12, 24 pages…) et bien-sûr le type de façonnage (pique métal, wire'o, cousues…) selon les briefs. J’aime aussi recevoir les prescriptrices, devenues copines, de chez Antalis, Torres Malmenayde et Fredrigoni, distributeurs et fabricants de papier. Le papier c'est comme la mode il y a des tendances : textures, couleurs, grammages, rendu d'impression et labels environnementaux. Alors, voilà mon amour du papier est clairement déclaré. Alors, soit j’aime le papier mais j’aime aussi les motifs et le vectoriel.
Alors, comment l’idée d’allier le tout, sur un projet personnel ne m’est pas venue plus tôt ? Je me pose encore la question. Mais c’est chose faite puisque depuis quelques temps je crée et réalise mes propres carnets aux formats A5 et A6, allant de 32 à 124 pages, que vous avez pu voir également sur mon compte Instagram.

Élément déclencheur ? Ou pourquoi des carnets maintenant

Je me suis  lancée sur ce projet suite à un article et jeu concours que j’ai vu sur le blog d'Émilie Nem graphisme. Il faut dire que le gain était un livre intitulé "Livres et carnets faits main » aux éditions Pyramide. La question concours était : "Quelle utilisation tu ferais d’un carnet que tu aurais confectionné toi-même ?". J'avais proposé de ne pas faire UN mais DEUX carnets, un duo carnet Mère-Fille, l’un pour moi (et pour mon blog) et l'autre pour ma fille (alias Lapin) qui aime écrire des histoires. Bon ok je n’ai pas gagné le concours, mais j’ai eu une vive envie d’approfondir le sujet. Alors, après une petite commande chez mon libraire et quelques jours d'attente plus tard, (c'est sûr que c'est plus long qu'avec Amazon.frmais c'est tellement plus sympathique et j'adore ma librairie) une fois les loulous couchés, bien calée dans mon canapé j'ai dévoré mon livre. Le Graal était enfin à moi !. Inspirations et techniques sont bien au rendez-vous et sont très bien expliquées. J'ai complété tout cela avec quelques tutos sur youtube. Depuis les reliures cousues, Japonaise, Copte, Écolière  sont les trois que je pratique avec grand plaisir.

Un relieur sachant relier, doit relier… avec un kit de relieur

Mais pour ce faire, il a fallu que je m'équipe un peu. Tapis et règle de découpe, cutter, poinçon, aiguille, fil de lin ciré, pince de découpe pour les coins arrondis et petites pinces sont devenus mes nouveaux amis… et aussi du temps, de la patience et pour finir de la  précision.kit-reliure_640

 

Mais un carnet pour moi c'est l'alchimie de trois éléments

• COUVERTURE : l'habit ne fait pas le moine, mais le graphisme fait la couverture

Côté couverture, je me suis pour l'instant concentrée sur deux univers graphiques. D'un côté, l'illustration vectorielle et colorée, directement sur ordinateur avec illustrator. Et de l'autre, "le zentangle" en noir et blanc fait à la main (aux feutres Micron ou Pentel). Mais j'ai aussi mixé les deux sur un carnet, il faut bien une exception qui confirme la règle !
 

motifs-flamand_rose-640
(vectoriel)
 
motifs-zentagle-640
(zentangle)
 
motifs-copte-640
(mix zentangle et vectoriel)
 

 

• COULEUR DE FIL ET CHOIX DE COUTURE : Rose et Écolière  ?  ou blanc et Copte ? entre les deux mon coeur balance

Pour le carnet flamant rose (en ouverture d'article), j'aurais pu choisir un fil sombre et discret, mais je l'ai justement choisi rose pour qu’il "réponde" au flamant rose. La teinte du fil est aussi importante que le choix de la couture. Il existe plusieurs types de reliure (que je ne pratique pas encore :-)) comme par exemple, la reliure long stich, nid d'abeille… Chaque couture a ses adeptes et ses variantes. Par exemple la reliure japonaise se décline en 4 variantes de bases : kikko Toji (en carapace de tortue), Asa-No-Ha Toji (en feuille de chanvre), Koki Toji (noble) et Yotsume Toji (à quatre trous), la plus courante et que je pratique. Les reliures cousues sont très différentes du façonnage classique "pique métal" (les agrafes métalliques) desquelles on exige, selon moi, juste de tenir le papier. Les reliures cousues s'harmonisent avec le graphisme et c'est ça que j'aime. Alchimie ! Alchimie !
Mais coudre c’est comme un petit ballet.
Un point en avant, un point en arrière, on tourne, un point de côté, demi tour… Fil et papier se cherchent, se trouvent et se tournent autour, s'effleurent dans un petit ballet très sensuel avec la main comme chef d'orchestre… mais je m'égare un peu (encore).

Flamand_japonais_640

(reliure japonaise)

Copte_zoom_640

(reliure copte)

 

• PAPIER : Couché, offset, créa … le dilemme

Le choix du papier est tout aussi important et participe également à la narration du carnet.
Petites infos rapide (euh enfin je crois) sur le papier.  Il existe plusieurs familles de papier, pour exemple, les couchés, les offsets, les créations,… etc. Chaque papier a bien-sûr ses particularités : des gammes de couleurs spécifiques pour répondre à des tendances, des touchés originaux, comme le "skin" ou le "plike" pour n'en citer que deux qui font penser à de la peau, d'autres ont des textures comme les papiers aquarelle ou encore des aspect de pierre ou floconneux, des fibres plus ou moins visibles pour les "recyclés". Sans oublier les calques "naturel" ou "teinté dans la masse" et les métaliques… liste non exhaustive bien évidement. Il faudrait un article QUE sur le papier ! Mais je m'égare encore… Dans le papier, il y a des modes mais certains sont aussi privilégiés pour des raisons de coût. Pour ma part et pour le côté artisanal de mon utilisation je fais aussi attention à privilégier les "éco label" type FSC ou PEFSC (pour une bonne gestion des forêts et bien d'autres bonnes raisons.) Quand je réalise mes carnets, j'ajoute un "quatre page" de couleur pour un côté pop/acidulé quel que soit l'univers du carnet (la petite touche du chef). J'aime les couleurs, que voulez-vous.

Conclusion

Un carnet fait main c'est une histoire qui se crée et se partage. Une alchimie, une osmose papier-couture-graphisme qui se savoure des yeux et des mains. La réalisation de carnet est maintenant une activité qui se pratique en famille. Puisque pour cet été nous avions chacun fait notre "carnet de voyage" pour les vacances.

Et vous ? êtes-vous addict aux carnets ? Comment les choisissez vous et pour quel usage ou occasion ? Faitez-vous attention au label ?

 

A très vite
Corinne.

 

 

 Livres et carnets faits main livre-pyramide02-640  Inspirations et techniques de réalisation
 Auteur : Charlotte Rivers
 Editions : Pyramyd
 Pages : 192
 Prix : 14,20 €
 ISBN : 978-2-35017-352-8

 

Leave a Reply