Montre moi ton Flatlay, je te dirai qui tu es.

composition d'objet en flatlay

Le Flatlay est une des grandes tendances photographiques sur Instagram. De nombreux comptes lui sont dédiés. Flatlay ? Mais si vous connaissez le "Flatlay", non non pas les chips. Le Flatlay est un style photographique de "composition d'objets à plat" prise en plongée (du dessus). Vous vous demandez d'où ça vient et quels en sont ses codes. Je vous raconte tout ça 

Mais d'où vient ce terme de Flatlay d'abord ? (La minute histoire ou retour vers le futur).

Il faut remonter en 1987 et aller dans l'atelier de Frank Gehry qui travaille sur la création de chaises pour Knoll. Dans cet atelier il y a un concierge, Andrew Kromelow, qui a l'habitude de présenter les outils à angle droit pour avoir une vue d'ensemble. La méthode de présentation nommée Knolling était née ! Peu après le sculpteur Tom Sachs, qui a travaillé deux ans chez Gehry, popularisera le terme, en créant le jeu de mots "ABK, Always be Knolling" en référence au "ABC, Always be Closing". Voilà, pour la minute historique. Ah ! si Monsieur Kromelow s'était imaginé l'ampleur que prendrait son sens pratique et ce qu'il influencerait plus tard, eh bien il l'aurait sans doute "copywriter" ! De nos jours, le terme Knolling a été remplacé par "Flatlay" mais le concept reste le même. À ceci près que le Knolling ne présente les objets qu'à angle droit, alors que le flatlay s'amuse de compositions diverses, de rigoureuses à faussement désordonnées. Depuis, toutes sortes de marques et secteurs ont adopté ce type de composition photographique. De la cosmétique au luxe, en passant par la gastronomie et le high-tech, rien ne lui résiste. Dernier exemple en date, vu dans le métro, la campagne publicitaire de l'enseigne Boulanger.


Le Flatlay c'est LE nouveau Storytelling par excellence 

Le storytelling ? Le storytelling est un principe narratif souvent utilisé en publicité, en com' et média au sens large. De préférence de belles histoires pour nous faire rêver, mais aussi acheter. Donc qui dit storytelling dit en toute logique « humain ». Un être humain de chair et de sang. C'est là le paradoxe du Flatlay, l'humain omniprésent, mais sans y être pleinement visible. Le Flatlay a cette capacité de parler à nos sens, de nous faire découvrir et rencontrer des personnalités, et tout ça à travers de simples objets.
Un sac à dos en toile élimé, un bloc-notes avec une couverture usée en cuir, des chaussures de randonnées, quelques grains de terre (mais pas trop quand même et de préférence de la terre propre !) et de suite on imagine le baroudeur en trek dans l'Himalaya !
Un Moleskine Smart Writting, un iphone 6 et un flacon d'huile pour la barbe, et on voit de suite un hipster !
Des oursons en guimauve, des confettis roses et une baguette pailletée de fée et c'est le un goûter d'anniversaire d'une petite fille (et on veut, nous aussi, un cadeau).
Ou encore un sac à bandoulière en cuir, des talons hauts, un doudou, un bujo et on voit de suite l'entreprenariat au féminin. Chaque Flatlay est unique.
MAIS dans certains, on peut apercevoir cependant… des "morceaux d'humain anonyme" (pour que l'on puisse se projeter dans l'histoire), comme par exemple une main tenant une tasse de thé. La narration ! C'est ça que je trouve génial dans ce style photographique. Je vous conseille un petit passage sur les comptes Instagram suivant :
flatlayforever
hellomissmay

Mais en pratique, ça se passe comment?

Le Flatlay est donc par essence minimaliste et épuré, limite aseptisé dans certains cas. Mais ce qu'il faut garder en tête c'est que le Flatlay sublime l'objet. Sa pratique nécessite une bonne, voire parfaite, maîtrise de la lumière.
Donc si ce style vous tente : Histoire + objet + compo + lumière = Flatlay

  • Bien choisir ses objets (taille, matière, couleur…).
  •  Bien choisir son fond (clair, sombre uni, motif, mais attention à ce qu'il ne prédomine pas sur les objets).
  • Attention aux lumières, point hyper non négligeable. Préférez la lumière naturelle et indirecte. Qui dit lumière, dit aussi ombre. Alors, soignez-les aussi. Débouchez-les si besoin. Une feuille blanche fera très bien office de réflecteur. Si vous devez ajouter des lumières artificielles faites bien attention à ce qu'elles soient indirectes.
  • Niveau matériel un smartphone suffit, mais un appareil photo c'est mieux.
  • Prenez de la hauteur pour être parfaitement au-dessus. La moindre perspective et c'est raté. Si vous avez un pied d'appareil photo, type potence, c'est parfait. Sinon n'hésitez pas  à monter sur un escabeau.
  • Objets propres, ou si vous voulez une ambiance vieillie, c'est limite de la poussière propre et bien posée.
  • Soignez la composition et bien penser à l'histoire (storytelling for ever).
  • Essayer, rater, recommencer ! Enjoy ! 

Pourquoi j'aime le Flatlay ?

Parce que j'aime les histoires, mais j'aime avant tout le minimalisme. Les compositions type panoplie. Son petit côté zen. La souplesse des compositions. L'impression de fouillis de certaines compositions. La maitrise de la narration et de l'espace. Enfin tout ce qui fait que ce style est ce style…


Le Flatlay et moi

J'ai déjà utilisé ce principe à deux reprises sur le blog. La première fois, c'était le visuel de mon premier post et la deuxième pour illustrer un trait de ma personnalité dans une ode. J'espère que le Flatlay de cet article et les deux précédents vous raconteront un peu plus qui je suis. Sinon n'hésitez pas à me poser des questions. 

A très vite
Corinne

 

Leave a Reply